Projet Associatif

HAARP - Handicap Autisme Association Réunie du Parisis

Préambule

L' association  HAARP née de la fusion de Sésame Autisme « La Montagne du Parisis» et de l’APEI du Parisis en janvier 2010 (Association de parents, tuteurs et amis) considère  essentiel de définir un cadre de référence construit autour d’une identité forte, capable de rassembler l’ensemble des acteurs internes et externes qui s’engagent pour accompagner les personnes en situation de handicap.
Ce projet associatif représente les fondements de la mission que s’est fixée l’Association et définit le cadre de réalisation de cette mission. Il est élaboré en cohérence avec les dispositifs statutaires et est suffisamment souple pour favoriser les adaptations possibles, liées en particulier à l’évolution des besoins et des textes réglementaires, concernant les personnes accueillies.

Ce projet associatif est le fruit des réflexions des membres et du personnel de l’Association, mais aussi du développement des actions multiples et diversifiées qui ont été menées. Son but principal est d’assurer aux personnes handicapées accueillies leur juste place dans l’environnement social et économique.
Il doit permettre d’assurer la cohérence entre la «  parole associative », les décisions politiques et stratégiques qui en découlent, et leur mise en œuvre au plan de l’organisation et dans la pratique de tous les acteurs concernés. Il permet de faire connaître l’Association à son environnement et aux instances publiques et privées avec lesquelles l’Association est en relation.

Présentation de l’Association

Notre Association HAARP est le fruit d’une collaboration qui existe depuis longtemps entre les deux associations fondatrices. Nos liens historiques sont forts :


  • Nous partageons la même communauté de valeurs
  • Nous avons suivi la même dynamique de développement des structures
  • Nos établissements sont proches géographiquement
Notre Association permet la mutualisation de nos compétences et de nos ressources au service des personnes que nous accueillons. Pour  piloter, articuler et développer notre action, l’Association bénéficie d’un siège social existant depuis 2007.
Le siège social conduit la mise en œuvre du Projet Associatif et la mise en cohérence de ses valeurs et leurs déclinaisons auprès de nos différents établissements.


Rappel historique

Ce rappel historique montre la convergence du développement de nos  structures d’accueil mais aussi la complémentarité de nos organisations.
Dans les années 1960, à l’initiative de parents d’enfants différents (inadaptés) ayant des troubles de la personnalité,  deux associations se sont créées en région parisienne, dont l’une (APEI du Parisis) sur le territoire du Parisis dans le Val d’Oise :

- L’ASITP (Association au Service des Inadaptés ayant des Troubles de la Personnalité) en 1963, sous l'égide du professeur Clément Launay, de l'hôpital Hérold (première association de ce type en France).

- L’APEI du Parisis (Association de Parents d’Enfants Inadaptés du Parisis) en 1966.


Leur principal objectif résidait dans la mise en place de structures pouvant assurer l’accueil et la prise en charge d’enfants « différents » car elles n’existaient pas à cette époque.
Après de nombreuses démarches et sollicitations auprès des communes du Parisis et des organismes locaux, les premiers résultats se concrétisèrent :
Des hôpitaux de jour se créèrent pour l’accueil d’enfants et adolescents
L’IME le « Clos du Parisis » ouvrit ses portes en Septembre 1970 à Montigny lès Cormeilles : structure d’accueil de 54 enfants et  adolescents

Les enfants devenant adultes, il fallut alors se préoccuper de leur avenir.
Certains pouvaient s’orienter vers un CAT (Centre d’Aide par le Travail), d’autres réintégraient leur structure familiale.

En 1981, suite à l’achat par l’APEI d’une propriété – grande maison et parc – à Montigny, s’ouvrit un Foyer accueillant 19 personnes adultes, travailleurs en CAT.

En 1984, l’ASITP inaugura un CAT à Cormeilles en Parisis, puis, en 1986, un Foyer de Vie pour adultes et un SAS (Service d’Accompagnement et de Suite). Sur ce site, existait auparavant un IMP (Institut Médico-Pédagogique), géré par le service social des Armées (IGESA).

D'autres créations d'établissements fleurirent, en région parisienne et en province, si bien que l'ASITP décida en 1989 de se transformer en fédération : la FFAPI (Fédération Française Autisme et Psychoses Infantiles), et d'adopter en 1990 une deuxième appellation plus courte : "Sésame Autisme" (en référence au « Sésame, ouvre-toi… » d’Ali-Baba, souhait des parents afin que leurs enfants s'ouvrent à la vie).

En 1991, L’APEI décida de créer un Accueil de jour (foyer occupationnel pour adultes) : c’est ainsi que « Le Grand Cèdre » ouvrit ses portes à 36 personnes en Septembre de la même année, sur le même terrain que le foyer d’hébergement à Montigny.

En 1996, pour mieux distinguer le niveau local et le niveau fédéral, une association autonome est créée pour gérer les établissements de Cormeilles en Parisis : «Sésame Autisme - La Montagne du Parisis », habituellement abrégée en « La Montagne ».

Afin de répondre aux besoins de parents âgés ou seuls, ainsi que de certains résidents souhaitant « vivre leur vie », l'APEI décida de créer un foyer d'hébergement pour les personnes en Accueil de Jour.

En 1998, l'Association devint propriétaire de deux terrains à proximité du Foyer de l'Accueil de Jour.

Plus de 10 ans pour faire aboutir le projet... Le 6 novembre 2006, le Foyer de Vie « Le Grand Cèdre » ouvrit ses portes pour accueillir 29 personnes adultes.

Les deux associations héritent ainsi aujourd’hui de tous les efforts déployés par une chaîne de parents qui, au fil du temps, ont travaillé pour un mieux vivre de leurs enfants.

Tout au long de ces années, la proximité (en terme d’objectifs mais aussi géographique) leur a permis de tisser des liens importants et pérennes.

En 2008, une nouvelle étape décisive est franchie par le projet de fusion de l’APEI du Parisis et de Sésame Autisme la Montagne du Parisis.

Dates principales

1963 - Création de l’ASITP - Association au Service des Inadaptés ayant des Troubles de la Personnalité
1964 - L’ASITP se rattache à l'UNAPEI (Union Nationale des Associations de Parents d'Enfants Inadaptés) dont elle partage les orientations et les actions en faveur des personnes handicapées mentales.
1966 - Création de l’APEI du Parisis
1963 à 1978 - l’ASITP ouvre 3 hôpitaux de jour pour enfants et adolescents  dans la région parisienne
1970 - APEI du Parisis : ouverture de la première structure : l’IME « le Clos du Parisis », à  Montigny lès Cormeille
1981 - APEI du Parisis : ouverture de la seconde structure : le Foyer d’Hébergement
1984 - ASITP : ouverture du Centre d’Aide par le Travail (CAT) « La Montagne » à Cormeilles en Parisis
1986 - ASITP : ouverture d’un Service d’Accompagnement et de Suite (SAS) et d’un  Foyer à Cormeilles
1989 - L’ASITP se transforme en Fédération Française Autisme et Psychoses Infantiles (FFAPI) puis adopte l’appellation «Sésame Autisme» en 1990
1989 - Extension du « château » par la création du foyer de vie « Eric Desrousseaux » à Cormeilles
1991 - APEI du Parisis : ouverture de la troisième structure. Accueil de jour «Le Grand Cèdre »
Extension du foyer d’hébergement avec la création de 2 places d’urgence
1996 - Pour mieux distinguer le niveau local et le niveau fédéral, une association autonome est créée pour gérer les établissements de Cormeilles en Parisis :  «Sésame Autisme-La Montagne du Parisis », habituellement abrégée en « La Montagne »
2000 - Le foyer le « Château » passe en Foyer Double Tarification (F.D.T.) qui introduit la notion de médicalisation
2003 - Création des locaux de l’Accueil de Jour de « La Montagne » qui auparavant était  intégré dans l’Etablissement existant
2006 - Ouverture de la quatrième structure : Foyer de vie « Le Grand Cèdre » (APEI du Parisis)

Les buts de l’Association sont les suivants :

Assurer l’accompagnement des enfants, adolescents, adultes en situation de handicap par suite d’autisme, de psychose infantile, de déficiences mentales, de troubles psychiques, étudier leurs besoins, représenter et défendre leurs intérêts et rechercher toutes solutions susceptibles de leur venir en aide et de favoriser leur éducation, leur épanouissement et leur insertion sociale et professionnelle.
Assurer l’accueil et l’écoute des familles,
Entretenir entre les familles de ces personnes handicapées des relations d’entraide et de solidarité, accueillir, intégrer les nouveaux parents et dynamiser l’action familiale, base du renouvellement et du développement associatif.
Dans le Val d’Oise, favoriser la création d’établissements, créer et faire fonctionner toutes structures d’accueil, de travail, d’éducation ou de soins nécessaires au développement et au bien-être des personnes handicapées concernées et notamment gérer les établissements :

- Institut Médico-Educatif (IME)
- Foyers de Vie – Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM)
- Service d’Accompagnement à la Vie Sociale (SAVS)
- Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) de notre Association.

Promouvoir et favoriser la capacité d’initiatives, gérer au sein de ces établissements, toute activité susceptible de procurer aux personnes accueillies un mieux-être et  notamment une reconnaissance sociale et citoyenne.
Contribuer à l’information afin de mieux connaître les problèmes des personnes atteintes de ces troubles et de valoriser leur insertion sociale.
Stimuler la recherche concernant l’autisme, les psychoses infantiles et maladies mentales et psychiques avec troubles de la personnalité.
Représenter, en cas de besoin, tant auprès du public que des Pouvoirs Publics, les intérêts des personnes handicapées accueillies, favoriser les échanges entre les familles, les professionnels et les administrations.

Valeurs fondatrices

  • A) Charte interne de l’Association

    Notre association est membre de la Fédération SESAME AUTISME et de l’UNAPEI et partage leurs valeurs. Elle contribue activement à leurs initiatives et organismes décisionnels. Nous tenons comme principe sine qua non le respect des personnes accueillies en tant que telles, et le maintien de leur dignité quelles que soient les circonstances.
    Le respect de la personne se concrétise par une écoute interactive de ses désirs souhaits et volontés afin d’y répondre au mieux et en fonction des usages, des réalités qui régissent une communauté de vie.
    Sachant que chez tout être humain, la personnalité profonde et le comportement sont déterminés par des facteurs multiples et complexes, nos méthodes et nos pratiques prennent en compte cette dimension et se tiennent à l’écart de toute position dogmatique qui sont généralement source de conflit ou d’intolérance.
    Nous sommes à l’écoute des efforts de la recherche scientifique qui viendrait expliquer les origines de l’Autisme ou autres handicaps (mental,   psychomoteur) qui permettrait d’élaborer des actions d’accompagnement plus adaptées à leur état et à leurs besoins, et cela, dès la petite enfance.
    C’est pourquoi, nous avons été à l’origine de la création et avons participé à l’Association pour la Recherche sur l’Autisme et la Prévention des Inadaptations (ARAPI).
    Nous considérons comme un engagement auprès des parents et des Pouvoirs Publics de créer des espaces de vie :

    - qui prennent en compte et respecte le quotidien affectif et relationnel des personnes accueillies
    - qui autorisent une libre circulation de ces personnes
    - qui favorisent le développement de leurs potentialités, le maintien de leurs acquis et leur équilibre psychique
    - qui assurent leur sécurité et leur intégrité physique
    - qui leur dispensent des soins et des actions de rééducation

    Notre action s’organise autour de la construction de relations entre les personnes accueillies et leur environnement :
    - Elle est plurielle : elle fait appel à des professionnels, et s’entoure également de tous les groupements et associations que l’environnement social met à disposition pour accompagner, soutenir, informer, former. Nous affirmons aussi que l’état civil d’adulte ne confère pas automatiquement des capacités à l’autonomie dans la vie quotidienne et qu’en cela, l’accompagnement doit s’adapter aux besoins spécifiques de la personne handicapée tout au long de son parcours de vie.
    Nous abordons la personne comme un être unique, dans son présent et son devenir, prenant en compte les manifestations symptomatiques de son comportement lié à la nature de son handicap, comme un langage à déchiffrer et une problématique relationnelle et existentielle qui mérite une réponse adaptée.

  • B) Des principes : la tolérance, l’innovation

    Les principes énoncés ci-après constituent le dénominateur commun des actions menées par l’association :

    1. La personne est au centre de nos préoccupations ; notre regard porté sur elle la considère dans sa globalité,  sa pathologie ne constituant qu’un élément de sa personne parmi d’autres
    2. L’accompagnement sera personnalisé, et donc adapté au rythme d’évolution de chacun : participation à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un projet d’accueil individualisé
    3. La tolérance est une attitude qui donne de l’indépendance à chacun et permet l’évolution vers une meilleure autonomie
    4. L’innovation doit être un principe fondateur toujours présent, pour s’adapter, effectuer la recherche et la formation, pour permettre l’évolution
    5. Le lieu de vie, tissu social de base, doit être enrichi par une ouverture   sur la ville pour former un réseau social plus vaste
    6. Les initiatives créatrices se baseront sur l’anticipation et l’écoute de l’environnement
    7. Le rôle du Conseil d’administration est essentiel : il doit se donner des règles de fonctionnement et de vigilance pour s’assurer que les principes de l’Association sont toujours pris en compte.

    La Direction Générale et l’ensemble des cadres sont garants du respect de ces règles.

Moyens d’actions

L’Association est une structure en mouvement, adaptable aux besoins des personnes accueillies compte tenu des dispositifs publics. Elle crée et développe des Etablissements pour répondre à leurs besoins.
Elle est indépendante et neutre sur les plans politique, syndical et confessionnel. Le Président est un bénévole engagé au centre du dispositif associatif.
  • A) La cohésion institutionnelle

    Il s’agit de la cohésion entre l’instance associative, la Direction générale et les Directions des Etablissements.
    Le Conseil d’Administration s’enrichit de l’apport des professionnels qui, au quotidien, accompagnent les personnes accueillies. Les professionnels agissent en conformité avec l’objet social de l’Association, conformément aux objectifs et décisions prises en Conseil d’Administration et en Assemblée Générale. Le siège social est garant de la mise en œuvre du Projet Associatif et la mise en cohérence de ses valeurs et leurs déclinaisons auprès de nos différents établissements.
  • B) Une Association dynamique

    Le Conseil d’Administration est composé de personnes exerçant des activités diverses et variées, professionnelles ou non, et ont, pour certains des responsabilités dans la société civile. Il a obligatoirement, en son sein, au moins 2/3 de parents des personnes accueillies. La complémentarité de leurs expériences fonde leur démarche solidaire et altruiste. La participation privilégie la qualité, la motivation et le savoir-faire.
  • C) Développement de l’Association

    L’Association est départementale et entend répondre en priorité aux besoins de son territoire. Elle pilote toutes les opérations d’extension en fonction des opportunités et des besoins.
  • D) Une démarche de qualité

    Compétences et savoir-faire, tant des dirigeants associatifs que des salariés, sont mis en œuvre dans la démarche qualité pour le bien-être des personnes accueillies. La qualité de notre accompagnement doit reposer sur la création de liens sociaux, conformément aux prescriptions des lois de 2002 et 2005, et doit s’inscrire dans une démarche d’évaluation interne dans le souci des services rendus.

Organisation

L’Association accorde une importance particulière à la communication, tant en interne qu’en externe. Elle s’inscrit dans l’espace public et engage sa responsabilité sociale, éthique, pour une action collective vers la solidarité envers les personnes accueillies.
L’organisation de l’association est déclinée dans le document  « Règlement général de fonctionnement ».
Les passerelles et les articulations entre les Etablissements doivent être favorisées. Le parcours individualisé des personnes, en fonction de leurs besoins est fondamental. C’est pourquoi, en lien avec la MDPH, l’orientation entre Etablissements, si elle est possible, ne doit pas être systématique.

Perspectives - L’objectif est triple : création, extension et amélioration.

L’Association portera l’ensemble des projets afin de répondre au mieux aux besoins des personnes accueillies. Elle a décidé :

  • 1. De mettre en place un dispositif d’évaluation interne conforme à la loi du 2 janvier 2002
  • 2. D’engager des projets de développement, de construction et de réhabilitation des bâtiments existants :
  • 3. Extension  de l’Accueil en établissement pour de très jeunes enfants (3-6 ans),
  • 4. Extension et réhabilitation sur le Site de la Montagne du Foyer d’Accueil Médicalisé,
  • 5. Création dans le cadre de l’ESAT d’une salle polyvalente, réhabilitation du Centre Equestre et développement du bâtiment horticole et serre
  • 6. Rénovation des bâtiments administratifs,
  • 7. Construction du Foyer de Vie de la ZAC des Bois Rochefort,
  • 8. Extension et rénovation du Foyer d’hébergement « Le Grand Cèdre » par la mise en place d’une réponse adaptée au parcours de vie, favorisant l’accueil de personnes vieillissantes et des personnes plus autonomes,
  • 9. Création d’un Foyer d’Accueil Médicalisé sur le site du  Grand Cèdre et d’un CITL (Centre d’Initiation au Travail et aux Loisirs) pour adapter la prise en charge aux besoins et capacités de résidents,
  • 10. Création d’un hébergement temporaire pour les enfants et adolescents de l’IME,
  • 11. D’améliorer la personnalisation des projets de scolarisation par un service relais entre    l’Education Nationale et l’IME,
  • 12. Le volet extension des foyers vise à répondre à la nécessité impérative de créer des places d’hébergement afin d’augmenter la capacité des Foyers d’Accueil Médicalisés pour anticiper :
  • Le renforcement, prévisible et souhaitable, des normes de sécurité
  • l’avancée en âge des résidents qui nous conduira, avec le temps, à héberger un nombre croissant de personnes vieillissantes
Le niveau d’extension doit rester compatible avec ce qui fait l’âme actuelle des Etablissements : son caractère humain, personnalisé.
Par ailleurs, l’Association examinera toute nouvelle perspective de développement ou d’évolution en fonction des besoins avérés.